GUIDE : bien choisir la Mémoire / stockage

Écrit par
Le 01 Décembre 2016 à 18:37
La mémoire flash a révolutionné le monde de la photo et de la vidéo numérique. Disque dur SSD, carte SD et autres supports de stockage...

Les cartes mémoires proposent ce qu’on appelle de la mémoire “Flash”. La mémoire flash est intéressante car elle ne sollicite pas de mécanismes. Elle ne consomme pas d’énergie et n’a pas besoin de rester sous tension. La durée de vie n’est pas altérée par la lecture mais peut l’être par les écritures successives. Elle est compacte ce qui fait qu’elle a été rapidement adoptée dans les appareils numériques.

La mémoire flash de quelques rares caméras est en format disque SSD. Dans la majorité des cas l'enregistrement sur les appareils grand public est assuré par des cartes SD (Secure Digital). Elles se sont imposées progressivement au détriment d’un format comparable de Sony, le Memory Stick.

 

Les boitiers reflex professionnels et haut de gamme utilisent le format CompactFlash.
Il existe aussi le format XQD qui est LE format pour une écriture plus rapide. Il utilise les ports PCI-e, que l'on retrouve d'ailleurs dans les ordinateurs pour connecter la mémoire.

Format de carte SD

Le format de carte SD est aujourd’hui universel. Les ordinateurs grand publics, imprimantes, caméscopes, appareils photos numériques, GPS, auto-radios sont équipés d’un port correspondant et peuvent servir de pour le stockage de données flash au même titre qu’une clé USB.
Il est aussi possible de lire le format SD Micro (Transflash) et mini, standard via un adaptateur. Ces derniers ne doivent idéalement pas servir pour l’écriture.

Capacité de stockage de la carte SD

Suivant sa capacité et sa vitesse d’écriture et de lecture, la carte SD permettra différents usages.
SD : jusqu’à 2 Go

SDHC (SD High Capacity): jusqu’à 32 Go

SDXC (SD eXtended Capacity): à partir de 32 Go

Ecriture : Veillez à respecter la vitesse d’écriture recommandée par le constructeur, surtout pour les rafales, time lapse avec séquence très rapprochée ou l’enregistrement vidéo en 4K.

Stockage : la vitesse d’écriture et de lecture est secondaire, la capacité primera

 

Rafales : classe 4 (4 MB/s)
Film HD : classe 6 (6MB/s ou V6) à 10 (10 MB/s ou V10 et U1)
Film UDH / 4K : U1 ou U3 (30 MB/s) ou plus V60 (60 MB/s)
8K compressée V60 ou V90 (90 MB/s)
Pour la 4K à moins de 30 i/s, privilégier un débit en écriture d’au moins 90 MB/s. suivant l'adage qui peut le plus peut le moins.
Pour donner un repère d'autonomie, une carte de 32 Go se rempli en 42 min et une carte de 64 Go en 1h20 avec un Panasonic GH4 en vidéo 4K. Il est donc recommandé de disposer de plusieurs cartes mémoires et de plusieurs batteries pour assurer une journée de tournage.

 

Il est recommandé d'investir dans 2 cartes de 64 Go plutôt que dans une seule carte de 128 Go. Pourquoi ? La question de la sécurité des données est au coeur du problème. Vous n'allez pas demander à des acteurs de rejouer une journée de tournage, ni retourner en voyage à l'étranger pour une carte endommagée ou perdue. Pour ces raisons, mieux vaut donc copier ses fichier sur plusieurs supports, et segmenter ses enregistrements sur plusieurs cartes de capacité plus réduites.

Ne passez pas à côté de certaines options pour studio et voyage

Norme SD 5.0, permet un nouveau protocole de capture, d’écriture et de lecture pour optimiser la performance et éviter les pertes.

Pour ceux qui veulent consulter en direct sur grand écran le rendu de la photo comme par exemple en studio, vous pouvez opter pour les cartes SD WiFi. Elles envoient une copie de la prise vers un autre appareil.
Pour les voyageurs, il existe des cartes SD étanches, et d’autres insensibles aux magnétisme ce qui permet de les placer dans le bagage qui passe en soute d’avion par exemple.